BIO(LUMINESCENTE)

Selim a fait le job : occuper l'antichambre, le temps de se dévêtir.

L'histoire commence maintenant, page 33 : à 33 ans Joseph Chedid apparaît, avec SOURCE, sous son nom d'état civil. Fin du pseudonyme, il n'est plus qu'un artiste. Il s'est simplement donné le temps de devenir lui-même.
Il écrit, compose, chante, joue de multiples instruments (guitare, basse, batterie, piano, synthé...) et peint des toiles qui deviennent parfois les visuels de ses disques. Il ne se soustrait à aucune étape allant de la production à la distribution de sa musique. Il n'est pas pour autant un "control freak" et reste attentif, ouvert aux beaux hasards, aux heureux accidents qui enrichissent le processus créatif. Il laisse de l'air à ses chansons pour qu'elles respirent, prennent vie, s'envolent... et nous touchent.

Et surtout, il s'amuse... car sans plaisir pas de partage. Il définit sa musique comme « une traversée de lui-même au flambeau pour y trouver un trésor à partager ».

Il cherche ce point d'équilibre entre force et fragilité, entre émotion et lucidité. Il ne cherche pas la perfection car la perfection est froide, inerte. Pour son nouveau projet SOURCE, il a préféré la chaleur et le grain de la bande magnétique pour enregistrer en studio des sessions entièrement live (18 titres brut en 10 jours, retravaillés sur 2 ans).

Il veut être totalement libre et sortira donc cet album sans maison de disques (comme le premier). C'est un artisan, pas un industriel. "On a perdu la connexion avec l'univers depuis la révolution industrielle " est le sous-titre manifeste de cet opus.

Le message est clair. Le message éclaire.

UNIVERSALITÉ :

"Elle nous promet un jour meilleur tant attendu,
où l’homme se transformera en ce qu’il a toujours désiré être et qu’il est sans le savoir, et qu’il a tellement de mal à voir..."

Pour Joseph, l'universalité est la somme de tout ce qui nous est personnel. L'universalité n'est pas le but, c'est le moyen, celui de savoir ce qui nous distingue de l'ensemble, celui de comprendre ce qui nous relie à l'ensemble... Nous sommes les gens, nous sommes le pluriel en cherchant, comme tout le monde, à être singulier. C'est pourquoi il écrit en "je, tu, il, nous, vous, ils" dans Le Deuil Du Philanthrope.

En chacun de nous vit ce personnage, comme un idéal de nous-même. Nous aimerions lui ressembler alors qu'il suffirait de nous rassembler : faire que notre idéal et notre être ne fassent qu'un. Que la dualité s'unisse, que l’utopie imprime le monde.

UN CHANTEUR POLYMORPHE :

"Je suis avec mes copines
et elles me disent
que je suis la plus belle pour la soirée"

L'existence est pour Joseph une expérience infinie... un jeu de miroirs. Il incarne tantôt un philanthrope, tantôt une adolescente en adoration, et même parfois, lui-même... Il n'est pas otage ni de sa personne ni de sa pensée. Il faut parfois faire un détour par les autres pour mieux s'accepter en retour. Il endosse ces rôles pour mieux se dévoiler et finalement se mettre à nu... Joseph Chedid est un artiste intra et extraverti, un strip-teaser de l'âme.

DUALITÉ & OSCILLATION :

"Nous sommes des atomes, un tas de poussières qui se battent avec eux-mêmes"

Joseph est un équilibriste qui traverse sur la corde sensible le fossé entre utopie et réalité. Il traite de sujets dit sérieux sans trop se prendre au sérieux comme dans la chanson Bipolaire.

Il se creuse la tête sans nous la prendre. Il cherche un écho toujours positif aux questions qu'il se pose. Pouvons-nous tenir debout quand le sol trébuche ?

Joseph est au moins sûr d'une chose: nous traversons ce monde autant qu'il nous traverse. L'interconnexion est totale. Pour trouver la paix universelle, nous devons d'abord trouver notre paix intérieure.

SOURCE (la question centrale) :

"On vient tous d’une même source, on est chacun un bout"

Les lignes de questionnement qui parcourent ses textes convergent vers un point central : qui sommes-nous ? Joseph pense qu'un artiste est celui qui dispose le plus de son temps pour tenter de répondre à cette question. Il ne se voit pas comme un éclaireur mais comme un promeneur au milieu des coureurs. Il est surtout pressé de voir le monde ralentir. Le temps est la source qui nous ramènera à nous-même. « C'est un flux de vie comme un métro sans arrêt où l’on vit... »

"Comment rendre à l'existence sa liberté ?"

SA MUSIQUE :

"Un jour timide, un autre à rugir ce n'est pas linéaire"

- Joseph parle de « ROCK PHILOSOPHIQUE ». Pourquoi pas ? Il n'y a pas que la philosophie pour philosopher, pas que le langage pour parler, pas que la chanson pour chanter comme nous le rappelle le chant des oiseaux...

- D'autres pourraient dire : une pop lunaire constellée de rock solaire, futuriste et nostalgique. Une chose est sûre, sa voix a fait un pas en avant. Elle est passée devant les instruments. C'est donc un album plus pop que rock, un album qui va dans le sens du dévoilement.

Joseph a voulu que cet album soit indatable au carbon 14. Un casse-tête pour de futurs archéologues de la musique. Il l'a produit en combinant autant de techniques d'enregistrement qu'il y a de révolutions dans l'histoire de la musique depuis les années 60. Enregistré en seulement 10 jours sur un magnéto à bande Studer, il aura ensuite pris 2 ans pour ciseler la production à l'aide de Kevin de Lorgeril et d'un arsenal numérique. L'idée était de donner la plus belle finition possible à la spontanéité, de sublimer l'instinctif.

Il a fait SOURCE pour ceux qui traversent des zones de turbulence, pour ceux qui attendent un vent porteur et pour ceux qui cherchent la lumière en toute chose. SOURCE est une main tendue, une main « dans un gant de soie imbibé d'eau sacrée ».

UNE AUTOMÉDICATION À L'UTOPIE CONTAGIEUSE :

Joseph montre avec cet album une attention accrue au monde qui l’entoure, dans toute sa diversité. Observateur critique et amusé, acteur impliqué ou extraverti, poète, philosophe, rocker... "Un citoyen du monde imaginant demain sans violence."

Cet album « c’est l’énergie dont tu me charges qui l’a fait naître. Ce sera notre bande originale »

Laurent Bébin